Stéphanie, la TOP CHEF 2011, répond aux questions du CyberMag !

15
___________________
Donnez votre avis sur cet article en écrivant un commentaire !

Image : CyberMag interview Stéphanie de top chef

Vous aimez la cuisine et les bons petits plats ?
Alors, vous devez probablement connaître TOP CHEF, le grand concours culinaire de la chaine M6 !
Tous les lundis soirs, M6 vous donne rendez-vous pour suivre l’aventure de 15 jeunes chefs à la conquête de l’étoile.
A la clé, le rêve d’une vie à réaliser avec un chèque de 100.000 euros à remporter…

Image : top chef cybermag

Pour cette deuxième saison, les candidats sont au top niveau. Du jeune cuisinier diplômé au chef de restaurant gastronomique, tous les participants ont un don hors du commun et une vraie personnalité culinaire. Mais parmi les 15 candidats, seules trois femmes enfilent leur tablier…
Alors à l’occasion de la Journée de la Femme, j’ai rencontré l’une d’entre elles : Stéphanie, 28 ans et un sacré talent. Un métier d’homme, la cuisine ? Que nenni !
Stéphanie nous raconte son parcours de femme chef dans une interview exclusive pour le CyberMag…

Marjorie : Bonjour Stéphanie ! Merci d’avoir accepté mon invitation :o)
Pouvez-vous nous dire d’où vous est venue cette passion pour la cuisine ?

Stéphanie : Cette passion me vient de mon enfance. En effet, dans ma famille, on a toujours eu la « culture de la table » à la maison. Ma mère et ma grand-mère adoraient cuisiner et, à chaque occasion, on prenait énormément de plaisir à faire des grands repas de famille. Quand j’étais petite, lorsque je rentrais de l’école, je fonçais dans la cuisine au lieu de regarder les dessins animés ou de jouer à la poupée ! Et je préparais des crêpes, des petits sablés bretons pour le goûter.
Je m’éclatais déjà dans la cuisine à l’âge de 6 ans…

Marjorie : Est-ce que, tout au long de votre formation et de votre parcours, vous avez ressenti le besoin de mettre les bouchées double parce que vous êtes… une femme ?
Stéphanie : Oui un petit peu. Il y a 14 ans, quand je suis entrée à l’école hôtelière, il avait encore moins de femmes qu’aujourd’hui ! A l’époque, on m’a rapidement fait comprendre que la cuisine n’était pas un métier de fille et que je changerai rapidement d’avis. Hé bien… Je n’ai toujours pas changé d’avis et je me suis battue pour le prouver. Quand je suis rentrée dans le milieu professionnel, les gens avaient beaucoup d’aprioris. J’ai donc du travailler deux fois plus pour prouver aux autres que j’étais capable, peut être plus qu’un homme !
Puis, par la suite, j’ai eu la chance de travailler avec des gens intelligents qui ont reconnu le travail avant toute chose. J’ai donc pu faire mes preuves. Après, on ne m’a plus jamais « reproché » d’être une femme ! Mais c’est vrai que dans chaque nouveau restaurant, chaque nouvelle brigade, il fallait à chaque fois prouver de quoi j’étais capable.

Image : stéphanie top chef cybermag

Marjorie : Il parait qu’en France, les femmes représentent 3% des chefs étoilés au Michelin…
Il est donc difficile pour une femme de s’imposer dans ce milieu d’homme.
Et vous, comment faites-vous pour y parvenir ?

Stéphanie : Pour l’instant, je travaille dans un restaurant étoilé mais je n’ai pas encore gagné d’étoile. Comme pour les hommes, il faut franchir les étapes petit à petit et prouver chaque jour son talent. Mais pour moi finalement, être une femme m’a parfois aidé… Ma sensibilité féminine m’a permis d’obtenir des postes à responsabilité dans certaines cuisines gastronomiques, qui se veulent élégantes et raffinées.

Marjorie : Justement selon vous, une femme apporte-elle quelque chose de différent à la cuisine, une âme, une émotion particulière ?
Stéphanie : Je pense que oui. A partir du moment où la cuisine retranscrit un sentiment et une personnalité, la sensibilité féminine ressort dans l’assiette et cela donne souvent de jolis plats !

Marjorie : Est-ce que c’est dur, pour vous, de conjuguer votre passion avec votre vie de femme et votre vie de mère ?
Stéphanie : C’est plutôt compliqué ! D’un coté, je vis ma passion comme un plaisir assez égoïste dont j’ai besoin pour m’épanouir, et d’un autre, je sens que je créé un manque au niveau de ma famille et de mes enfants. L’équilibre parfait est donc dur à trouver. Cela demande aussi beaucoup d’organisation ! Par exemple, trouver des nounous pour s’occuper des enfants les week ends lorsque je travaille, ce n’est jamais simple…

Image : stéphanie top chef cybermag

Marjorie : Comment se compose votre quotidien ?
Stéphanie : C’est la course ! Heureusement, j’ai la chance d’avoir un mari qui travaille aussi dans le milieu de la restauration. On partage la même passion, on vit au même rythme et il m’aide beaucoup dans les tâches au quotidien. Le matin, c’est donc papa qui les emmène à l’école, puis la journée en cuisine commence. Ensuite, à la sortie de l’école, la nounou prend le relais et nous rentrons très tard, vers 23h30. Et le lendemain, ça recommence !

Marjorie : Et à la maison, est-ce vous qui faites la cuisine ?
Stéphanie : Oui à la maison, c’est moi qui prépare les bons petits plats ;)

Image : Stéphanie

Marjorie : Vous avez deux fils, Baptiste et Maxime.
Ce doit être des petits gourmands, non ?

Stéphanie : Ils sont gourmands mais ils sont également gourmets ! Avec mon mari, nous essayons de leur donner une vraie éducation culinaire. Depuis qu’ils sont tous petits, nous leur apprenons à goûter à tout, à connaitre la juste cuisson et le bon assaisonnement pour chaque produit.
En plus, Baptiste et Maxime traînent toujours dans la cuisine, ils adorent faire le marché avec nous et nous prenons un vrai plaisir à cuisiner tous ensemble des gâteaux, des soupes et des bons petits plats le dimanche.

Marjorie : Le plat de maman qu’ils préfèrent ?
Stéphanie : Ils aiment bien les plats d’hiver… En ce moment par exemple, on cuisine souvent des potirons mixés en soupe gourmande, avec un petit filet d’huile d’olive. En fin de compte, ils aiment les choses très simples comme un poisson grillé ou une jolie cote de bœuf avec une bonne sauce. Simple, mais très bon.

Marjorie : On voit que toutes les femmes chefs qui ont réussi sont souvent très autoritaires… Comme par exemple Ghislaine Arabian. Pensez-vous qu’on devient inévitablement dures, quand on est chef femme ?
Stéphanie :
Je pense en effet qu’on passe souvent par cette « étape » là. Par exemple, quand je suis arrivée au niveau de sous chef et que je devais encadrer une dizaine d’hommes, j’ai senti que je devais gagner une certaine crédibilité. Une crédibilité gagnée par le travail, certes, mais parfois cela suffit pas : il faut souvent élever un petit peu le ton. Aujourd’hui, c’est quelque chose dont j’essaye de guérir. Parce qu’au début, j’étais moi aussi très autoritaire, très dur. Puis j’ai travaillé avec Philippe Jourdain, mon mentor et il m’a appris à gagner le respect autrement qu’en criant.
Maintenant, j’essaye vraiment de manager avec plus de diplomatie et de souplesse…
Comme une main de fer dans un gant de velours !

Image : top chef jurys

Marjorie : Juste un petit indice pour les lectrices : est-ce que qu’il y aura une femme dans le peloton de tête de Top Chef ?
Stéphanie : Ahhh… Malheureusement je n’ai pas le droit de vous donner de piste… Mais je peux vous dire que nous, les trois filles, donnons le meilleur de nous même et que nous nous battons courageusement pour aller jusqu’au bout !

Marjorie : Le 8 mars prochain a lieu la Journée Internationale des femmes.
Que pensez-vous de cette journée ? Représente-t-elle quelque chose pour vous ?

Stéphanie : Je trouve cela très bien, mais à vrai dire, je préférerais qu’il n’y ait plus de Journée de la Femme ! Car cela signifie que nous ne sommes pas encore considérées et entendues comme il le faudrait. Le jour où il n’y aura plus de Journée de la Femme, cela voudra dire que nous sommes enfin arrivés à une égalité parfaite…

Marjorie : Quels conseils donneriez-vous aux futures générations de femmes qui rêvent de devenir chef ?
Stéphanie : De se battre, de persévérer et surtout, de ne jamais rien lâcher ! C’est de cette façon qu’on arrive à avancer dans ce métier. Et il faut se souvenir que le travaille paie toujours…

Marjorie : Les femmes représentent une grande majorité de nos utilisateurs.
Elles sont deux fois plus nombreuses que les hommes à envoyer des cartes virtuelles en tant que petites attentions et clin d’oeil à leurs proches. Et vous, avez-vous déjà envoyé une carte virtuelle ?

Stéphanie : Je n’ai pas encore eu l’occasion d’en envoyer, mais j’en ai déjà reçu. J’ai beaucoup aimé le principe et je pense que je vais devenir utilisatrice !

Merci beaucoup pour cette interview Stéphanie !
Nous croisons les doigts pour vous ;)

♦ D’où vient la Journée de la Femme ?

♦ Envoyer une carte Journée de la Femme

Faites découvrir cet article à vos amis !
Envoyez une carte sur ce thème
Envoyez une carte sur ce thème
Partager cet article sur Facebook
Partager
sur Facebook
Partager cet article sur Twitter
Partager
sur Twitter
Imprimer cet article
Imprimer
Envoyer cet article par email
Envoyez
par email

Dans la rubrique  :

Cette veilleuse origami a été fabriquée par le créateur...
___________________ Donnez votre avis sur cet article en...
Faire plaisir, offrir un peu d'attention, penser à...
Comme le disent beaucoup de sages, il faut savoir vivre...

À vous la parole ! ( 5 )

  1. Delsaux Delsaux dit :

    j’adore cuisiner,créer de nouveaux plats, avec les produits du jardin !!!!!
    merci M6 pour cette émission…

  2. Doris Muller Doris Muller dit :

    j’adore mijoter, inventer, fignoler des petits plats, simples, bio ou autres …

    j’ai deux fils dans la gastronomie,
    l’ainé 36 ans qui est patron d’un restaurant Gastro a DES MOINES Dans l’IOWA ..
    SON frère : également un grand chef, a cotoyé les hauts fourneaux dans le monde !!
    et moi-même ancienne restauratrice , est toujours intéressé par la cuisine….
    d’ailleur actuellement je fais la cuisine pour des personnes âgées, a leur domicile.
    J’ai toujours aimé cuisiner !!
    et ce n’est pas à 57 ans que je m’arrête.
    J’ai déjà participé à des concours, mais j’ai eu un grave accident de voiture il y a deux ans, qui m’a empêché de continuer dans mes projets !!
    mais j’ai trouvé satisfaction en faisant la cuisine pour des personnes âgées, souvent malade et affaibli.
    J’aime sortir au resto avec le passeport gourmand je découvre la bonne cuisine ..
    contactez moi si je puis vous proposer mes suggestions §
    A BIENTOT

  3. margas margas dit :

    stefanny la meilleur

  4. Flo Flo dit :

    Ce que j’aime par dessus tout dans la cuisine… C’est le partage !
    Et là… Que du bonheur !

  5. AUBREJAT AUBREJAT dit :

    Le verdict est tombé hier soir et j’ai « gagné » enfin, je veux dire par là que dés le début j’avais jeté mon dévolu sur Stéphanie. Je ne suis pas spécialiste mais j’ai vraiment le sentiment que Stéphanie à l’étoffe d’un « Chef » de renommée internationale. Quelle classe!
    Elle avait pourtant des championnes en face d’elle et oui, 3 femmes dans le dernier carré. Normal, elles ont plus « la gnac » que nous les hommes. Mon rêve? déguster un plat chez « Steph », dans « son restaurant ».
    Bisou et encore merci..

Donnez votre avis sur cet article :

:D :) :-) :( :-( :sad: :*( :o :? 8) :x