Agenda

20 novembre : Journée Internationale des Droits de l’enfant

29

La place de l’enfant

Savez-vous que le mot enfant vient du latin « infans », qui signifie « celui qui ne parle pas » ? Cela vous laisse imaginer le statut de l’enfant à l’époque romaine… Jusqu’au XVIIIème siècle, les enfants ont en effet été très peu considérés. Soumis intégralement au bon vouloir de leurs parents, les pauvres bambins n’avaient absolument aucun droit. Même le droit à la vie était inexistant, les parents pouvant à tout moment retirer la vie à leur progéniture. C’est avec l’arrivée des premiers écrits philosophiques sur l’épanouissement personnel, que les règles de vie des enfants furent ré-envisagées.

La déclaration des droits des enfants

Après la révolution française, les premières évolutions arrivèrent, comme par exemple l’enseignement primaire obligatoire et gratuit pour tous les enfants. Bien plus tard, en 1959, l’ONU adopta la Déclaration des Droits de l’Enfant, qui fut signée par la quasi totalité des états membres (191 sur 193) le 20 novembre 1989. Ceci les engagea à respecter un code d’obligations contraignantes envers les enfants de leur nation.

Voici les quatre principes fondamentaux de la Convention :
- la non-discrimination,
- la priorité donnée à l’intérêt supérieur de l’enfant,
- le droit de vivre, de survivre et de se développer,
- le respect des opinions de l’enfant.

Pour information, il faut savoir que seuls la Somalie et les USA ont choisi de ne pas signer cette convention. En effet, pour les États-Unis, cette convention interdisait la peine de mort pour les mineurs et n’était pas en accord avec leurs propres règles. D’après « Le grand livre des droits de l’enfant » de Alain Serres, la peine de mort pour les moins de 21 ans a été aboli en 2005, mais les États-Unis n’ont toujours pas signé la déclaration…

En 1996, la France instaura dans son calendrier la Journée Nationale des droits des enfants au jour du 20 novembre, en hommage à la date anniversaire de la convention internationale des enfants. Ainsi depuis la mise en place de cette convention, de nombreuses initiatives furent menées en faveur des enfants du monde… Mais il faut savoir que des millions de jeunes sont encore et toujours privés de nourriture, d’eau potable, de soins mais aussi d’éducation et de respect.

Un triste bilan sur les enfants français

19 000 enfants sont toujours maltraités, 98 000 enfants sont en danger dans un contexte familial dégradé, 150 000 filles et garçons quittent chaque année le système scolaire sans aucune perspective, 15 000 adolescents de moins de 16 ans ne vont pas à l’école alors qu’ils sont inscrits, 15 % des enfants qui arrivent au collège ne comprennent pas ce qu’ils lisent…

Pensez à rappeler à vos proches l’enjeu de la « Journée mondiale de défense et de promotion des droits de l’enfant »…

————————————————————————————

Envoyer une carte sur ce thème

Faites découvrir cet article à vos amis !
Envoyez une carte sur ce thème
Envoyez une carte sur ce thème
Partager cet article sur Facebook
Partager
sur Facebook
Partager cet article sur Twitter
Partager
sur Twitter
Imprimer cet article
Imprimer
Envoyer cet article par email
Envoyez
par email

Dans la rubrique Agenda :

Ahhhh ! Lorsque le soleil de l’été pointe le bout de...
En tant que deuxième signe d’eau de notre calendrier, le...
Papas bricolo, papas gâteau, papas rigolo, papas boulot,...
Be bop a lula ! Aujourd'hui, c'est la Fête de la Musique !...

À vous la parole ! ( 5 )

  1. rachidi DOVONOU rachidi DOVONOU dit :

    je sui un ardent defenseur de laliberté en générale et des droits de len,fant en particulier. je pense que le bilan pour les enfants africains est très triste et révoltant.

  2. Edwige Edwige dit :

    Un triste bilan pour les enfants français : Pour ma part, je considère que ce n’est pas protéger les enfants que les enlever à leurs parents, surtout si c’est au nom d’éléments subjectifs comme l’opinion des enfants, l’intérêt supérieur de l’enfant notion toute subjective également qui laisse toute latitude à des juges partiaux d’enlever n’importe quel enfant à n’importe quelle famille.
    Un triste bilan aggravé par celui des placements abusifs d’enfants en foyer (la moitié des enfants de foyer n’ont rien à y faire): parqués comme des animaux, surveillés par des éducateurs souvent irresponsables, peut réussissent à s’en sortir, leur avenir et leur vie se trouve définitivement compromise dans ces lieux d’apprentissage de la délinquance et de la violence. Des enfants de familles normales sont enlevés pour faire vivre ces parasites sociaux qui vivent du malheur des autres.

  3. Flo Malala Flo Malala dit :

    Droits de l’enfant, ou devoirs des adultes à leur égard ???

  4. Reivilo Reivilo dit :

    Chere Edwige,
    C’est bien mieux de laisser les enfants avec leurs parents sur tout quand ils sont dans le milieu de la drogue,l’alcool, que des petits bout sont livré a eux mêmes quand les parents sont HS vautré dans le canapé.
    Les violence physique et psycologique c’est le top pour bien grandir.
    Aprés on dit les jeunes font peur ils sont dans la rue ….
    Comment faire quand on grandi sans régle??
    c’est la débrouille et là :o
    Pour les autres famille si il y a eu un signalement par des voisins ou autres c’est bien qu’il y a un petit truc qui ne va pas.
    Les éducateurs récupère les manques que certains parents ont cassé.
    Avant de parler il faut voir dans quelle condition ils travaillent Violance des jeunes, démission des parent etc…
    A bon entendeur Salut

  5. lamy lamy dit :

    Je peux tout à fait comprendre une révolte face à une situation intolérable.
    La révolte ,seule , n’est pas et n’apporte pas de solution,en quelque domaine que ce soit.
    Surtout,aucun jugement tout fait ,partial ou sectaire.
    De part mon histoire personnelle,ma militance et le travail ,de mon ex-conjoint ,dans le cadre des O.N.G.et de l’O.N.U,il faut savoir TOUT ce qui est fait pour « les Droits de l’ENFANT’ ,et contre l’exploitation du travail des Enfants (et des Femmes , l’un ne va pas sans l’autre.).
    Rien n’est parfait ,certes , mais les divers accueils,foyers ,éducateursP.M.I. etc…sont des organismes ou des personnes qui ce souci permanent de  » l’Enfant ».
    Que nous mettions tous et chacun ,nos force dans cette lutte ,dans ce combat.
     » Là oû est la haine , que je mette l’ AMOUR « .
    marie-aleth.
    Abandonnée dans un coin de rue un beau jour d’été 44….adoptée et ré-abandonnée….

Donnez votre avis sur cet article :

:D :) :-) :( :-( :sad: :*( :o :? 8) :x